Congrès Interdisciplinaire des Professionnels en Gériatrie

Edito CNMC d’EHPAD.

Comité CNMC

Le métier de médecin coordonnateur d’EHPAD est protéiforme, et ceux qui l’exercent ont pu être considérés comme des « diplomates diplômés », ou encore comme de nouveaux Hercules, condamnés à « douze travaux ».

Et depuis plus de quinze ans que ce métier est apparu dans nos établissements, nous avons tous beaucoup fait pour qu’il soit confié à des confrères formés au management d’équipe, rompus à la gestion de crise, familiers de la pluridisciplinarité, avertis des arcanes des instruments d’évaluation de la dépendance, soucieux de l’impact économique de leurs choix, en un mot pour qu’ils soient très coordonnateurs … …et très peu médecins, puisque le soin pur est exclu de leurs missions.

Mais nous avons sans doute un peu oublié que le médecin coordonnateur doit assurer la qualité de la prise en charge médicale dans les EHPAD et donner le cap, en coordonnant les médecins traitants et les paramédicaux, vers une excellence gériatrique.

De plus, depuis le décret de septembre 2011, il réalise des prescriptions médicales en cas de situation d’urgence ou de risques vitaux ainsi que lors de la survenue de risques exceptionnels ou collectifs.

Alors, pour tous ceux qui ont un peu remplacé leurs notions de gériatrie par  leur nouvelle science médico-sociale, et pour tous ceux qui savent que la médecine évolue et ne veulent pas rester en rade, nous avons décidé de créer ce congrès national et de le consacrer à l’expertise gériatrique du médecin coordonnateur d’EHPAD.

Il ne sera pas question de réglementation, ni de budget ; il n’y aura pas de considérations sociologiques ou politiques ; il y aura des patients nécessitant des compétences gériatriques pour mieux définir leur projet de soins, en coordination avec tous les acteurs de l’EHPAD, en partenariat et pas en confrontation. Et il y aura des médecins, nous, vous, médecins coordonnateurs, souvent également médecins traitants, qui doivent toujours compléter leur formation pour faire toujours mieux.  

Savoir, savoir-faire, et savoir-être ; les trois dimensions de notre compétence seront abordées, sans oublier les nécessaires collaborations avec les autres professionnels du soin.

Nous sommes près de trois mille à exercer ce métier, souvent à temps partiel ; raison de plus pour nous donner les moyens d’y exceller. En effet, s’il est des personnes âgées dont il faut prendre particulièrement soin, ce sont bien celles qui vivent en EHPAD : si leur entrée en institution a été nécessaire, c’est qu’il y a eu accident, maladie, enfin quelque chose, « quelques » choses qui relèvent toujours de l’expertise spécifique d’un docteur en médecine.

Et si nous voulons que les EHPAD restent des lieux de vie, notre devoir n’est-il pas d’abord de donner à chaque résident toutes les chances de profiter de ses capacités ? Comment le faire sans avoir dépisté ses facteurs de risque, paré ses déséquilibres les plus dangereux, réalisé son évaluation gériatrique  et organisé en collégialité et en accord avec le médecin traitant, sa prise en soin ? Et comment respecter le si nécessaire « primum non nocere » sans une formation sans cesse renouvelée ?

Voilà notre ambition pour ce rendez-vous ; que souhaiter, sinon qu’il réponde à vos besoins ? Nous avons tout fait pour ;  à vous maintenant d’en décider.

 

Le comité d’organisation

 

 

 

Haut de page